Cap sur l'emploi des jeunes

Cap sur l'emploi des jeunes

Un job pour moi

La Ville multiplie les initiatives et les dispositifs pour aider les moins de 30 ans à trouver leur place dans la société.

Mieux informer et mieux former les jeunes en les rejoignant là où ils sont : sur Internet. C'est l'objectif visé par la Ville avec le site et l’application bientôt disponible sur Apple et Android « Un job pour moi », lancés courant septembre. Prévue dans le programme municipal et préparée depuis plusieurs mois par le service Jeunesse, cette plateforme numérique recense des offres d’emploi, de formation, de stage, de service civique et d’alternance disponibles à La Courneuve et alentour. « Depuis plusieurs années, nous faisons le constat que nous ne sommes pas informés de toutes les opportunités et que l’information n’arrive pas forcément aux personnes concernées, explique Marine Schaefer, responsable de l’unité Accompagnement Citoyenneté Jeunesse (ACJ). Or, c’est un enjeu majeur de rapprocher l’information des usagers pour qu’ils puissent se positionner sur les annonces qui les intéressent. »

Dans le cadre de la mission Insertion, elle est donc allée à la rencontre des entreprises implantées sur le territoire pour nouer ou renforcer les liens avec elles et leur proposer de publier leurs offres d’emploi sur « Un job pour moi ». Une dizaine d’entre elles ont déjà accepté de jouer le jeu du recrutement local. « Soit elles vont recevoir l'ensemble des candidatures sur leur espace entreprise, soit elles vont nous demander de sélectionner les profils les plus motivés et les plus qualifiés et de les leur adresser, précise Marine Schaefer. Nous allons faire dans la dentelle. »

En plus de ce repérage, les agent-e-s de la mission Insertion vont accompagner les jeunes dans leur candidature en les aidant à intégrer le fonctionnement et les codes de l’entreprise, à travailler sur le savoir-être, à préparer leur C.V. et leurs entretiens d’embauche... Quant aux entreprises partenaires, elles s’engagent à mettre leurs annonces à jour et à répondre à tous les candidat-e-s.

Regrouper les aides et les opportunités

Sur la plateforme numérique figurent également des offres proposées par les acteurs locaux de l’emploi et de l’insertion professionnelle, comme Pôle Emploi et la Maison de l’emploi de Plaine Commune. « Nous ne voulons pas constituer le réceptacle automatique de toutes leurs annonces, mais diffuser des annonces vérifiées, actualisées et ciblées », insiste la responsable de l’unité ACJ.

En ouvrant un compte, les jeunes peuvent postuler pour ces emplois et ceux des entreprises partenaires en important ou en créant leur C.V. en ligne, mettre des offres en favori pour y revenir plus tard et activer des notifications pour être prévenus lors de la publication de nouvelles annonces.

Avec « Un job pour moi », il s’agit aussi de faire connaître au plus grand nombre de jeunes les actualités liées à leur parcours socioprofessionnel et les dispositifs que la Ville a mis en place pour elles et eux, comme les formations aux métiers du numérique au sein de l’école WebForce3, aux métiers de l’animation et aux métiers de la natation. « C’est un lieu où toutes les aides et les opportunités sont regroupées », résume Marine Schaefer. Un « lieu » d’autant plus accessible que les jeunes peuvent utiliser les postes informatiques mis à leur disposition au Point Information Jeunesse (PIJ) quand ils ne possèdent pas de smartphone ou de connexion Internet et se faire accompagner à tout moment dans leurs démarches en ligne. De la dentelle.

Textes : Olivia Moulin ; photo : Léa Desjours

La mission Insertion, une porte ouverte sur l’avenir

« Il faut absolument que je trouve du travail, je ne peux pas rester comme ça », soupire Zakaria, bientôt 19 ans, après avoir poussé la porte du Point Information Jeunesse (PIJ) ce mercredi 25 août. « On est là pour t’aider, je vais remplir une fiche de renseignements et t’expliquer comment on procède », lui répond Mohamed Ousaid, agent de la mission Insertion chargé de médiation dans les quartiers. Créée en septembre 2020 grâce à une subvention de l’État et de l’Union européenne allouée sur trois ans et installée dans les locaux du PIJ, cette dernière travaille à l’épanouissement social et professionnel des jeunes.

Pas question de faire doublon avec les intervenants existants comme la Mission locale ou Pôle emploi : il s’agit au contraire de faire le lien entre eux et les moins de 30 ans. Il s’agit aussi de démarcher les entreprises pour saisir toutes les opportunités qui peuvent se présenter en matière de formation professionnelle et d’emploi.

Pour atteindre un maximum de jeunes, la mission s’appuie sur les réseaux sociaux et le numérique grâce à la présence d’une community manager. Elle va aussi chercher celles et ceux qui sont éloignés des institutions jusqu’au pied des immeubles. « Mon travail, c’est d’aller à la rencontre de ce public fantôme, précise Mohamed Ousaid. Je privilégie les secteurs des Quatre-Routes, de la Cité des fleurs, de Rateau et de Guy-Môquet et j’organise des événements pour renouer le contact, pour faire connaître le PIJ et la mission Insertion. »

Créer un lien de confiance

Une fois le contact établi, les six membres de l’équipe prennent le temps d’écouter, de créer un lien de confiance et de creuser les histoires personnelles. « On découvre souvent d’autres problématiques que celle pour laquelle les jeunes sont venus : il y en a qui sont très propres sur eux mais qui sont sans domicile et se débrouillent en dormant chez des copains ou dans des squats, explique Samira Gouaidia, chargée de mission Accès aux droits. On essaie de globaliser la situation et de procéder étape par étape, en traitant d’abord le plus urgent. » Logement, papiers, santé, formation, emploi... la mission accompagne les jeunes dans les démarches administratives qu’elles et ils n’ont pas encore entreprises, par ignorance, par découragement, par honte ou par défiance. Sans jamais faire à leur place, mais en leur apportant la méthode et les outils nécessaires pour « défendre leur place dans la société ».

Mission Insertion