Apprendre à nager au plus grand nombre

Apprendre à nager au plus grand nombre

Savoir nager

Pendant les vacances d’été, les maitres-nageurs de la piscine Béatrice-Hess ont accueilli des enfants pour des séances gratuites de natation, grâce au dispositif « Mon école, ma ville, mon club », impulsé par le service départemental à la jeunesse, à l'engagement et aux sports. L’objectif est simple : savoir nager !

Ce jeudi 26 août, à 9h, cinq apprenti.e.s nageurs et nageuses arrivent sur le bord du bassin pour le cours du jour. Aujourd’hui, c’est Viviane, maître-nageuse sauveteuse et Yacine, détenteur du Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA), qui encadreront et surveilleront les enfants.

« Bonjour tout le monde, lance Viviane. Vous allez bien ? Oui ? Super. Allez, on y va ! Venez par là et mettez-vous les uns derrière les autres » Assia, Famya, Zanain, Yusuf et Célia, tou.te.s âgé.e.s entre 10 et 11 ans, sont très attentifs. Bonnet sur la tête et lunettes de piscine bien ventousées, Assia se lance après les consignes de la maitre-nageuse. « Faites-moi un saut bouteille, puis dans l’eau, accrochez-vous au bord. Et vous avancez tout le long. C’est compris pour tout le monde ?, » demande Viviane. Visiblement oui. Premier exercice plutôt réussi.

Maîtriser la propulsion et l'horizontalité

Deuxième exercice : « un saut dans l’eau et on s’agrippe à la ligne d’eau, sur le ventre. Aidez-vous de la ligne pour tirer, tout en battant des pieds. Je veux voir de la mousse. Si vous n’avez pas compris, n’hésitez pas à me poser des questions ! » insiste Viviane. Dès cet exercice, il est possible de voir les disparités de niveau chez les nageur.euse.s. Alors que certain.e.s maitrisent la propulsion et l’horizontalité, « la base en natation, » ajoute la professeure, d’autres rencontrent des petits soucis de coordination. Mais ils s’accrochent et font du mieux qu’ils peuvent.  Célia a du mal à retenir sa respiration longtemps sous l’eau. « Nager sur le ventre, c’est un peu difficile du coup. Par contre, sur le dos, j’y arrive super bien ! »

Les apprenti.e.s s’immergent ensuite la tête dans l’eau, travaillent leur souffle, tentent le crawl à l’aide de frites multicolores, nagent le crawl et enchainent les figures : planche sur le ventre, l’étoile de mer sur le dos et enfin la boule. Yusuf adore se « mettre en boule dans l’eau, c’est marrant. Avant je ne savais pas le faire. J’ai appris quelques trucs en CM2, mais pas tout. J’aime bien nager au fond de l’eau aussi, même si c’est dur, » avoue-t-il.

savoir nager

Etre autonome dans l'eau en toute sécurité

En juillet, puis en août, soixante-dix Courneuvien.ne.s ont eu l’occasion de passer l’Attestation scolaire du Savoir-nager (ASSN). Ce certificat permet de vérifier la capacité des enfants à être autonome dans l’eau en toute sécurité. « Depuis plusieurs années, le niveau en natation des enfants se dégrade, souligne Nicolas Marchandise, responsable du secteur éducation sportive au service des Sports de la ville. Cela s’explique par divers facteurs et notamment par la crise sanitaire liée au Covid-19 depuis deux ans. Même si nous avons tenté de remettre les enfants le plus possible dans l’eau dès qu’on a pu, seulement 29% d’entre eux ont obtenu l’ASSN pour la saison 2020-2021. » Le dernier jour, les enfants passent le fameux test. « L'acquisition de l'ASSN est un objectif des classes de CM1, CM2 et 6e précise Nicolas Marchandise. L’enfant doit réaliser une chute en arrière depuis le bord du bassin, un déplacement ventral et dorsal, maintenir une position statique verticale, dorsale et horizontale, s’immerger complètement. Le tout avec des durées et distances minimum ! On leur souhaite bonne chance à toutes et tous…

Texte : Isabelle Meurisse ; photos : Léa Desjours

savoir nager