Confinement - Comment aider en tant que citoyen.ne.s ?

Confinement - Comment aider en tant que citoyen.ne.s ?

Aide pendant coronavirus

Si vous voulez rendre service d’une manière ou d’une autre pendant l’épidémie de Covid-19, c’est possible ! Voici une liste de choses que vous pouvez faire, à votre échelle.

Pour les soignant.e.s :

  • Donnez vos masques

La France fait face à une pénurie de masques chirurgicaux (réservés aux patient.e.s) et FFP2 (plus protecteurs, réservés aux soignant.e.s). Pourtant, chaque jour des passant.e.s circulent dans les rues avec l’un de ces précieux masques sur le visage. Si vous avez des masques, apportez-les à la pharmacie ou à l’hôpital le plus proche.

  • Soutenez-les

Tous les jours, à 20 h, des salves d’applaudissements résonnent dans les villes pour rendre hommage au personnel médical qui lutte contre le Covid-19. Vous pouvez en faire partie.

  • Donnez votre sang et vos plaquettes

Jérôme Salomon (directeur général de la Santé) a appelé les Français.e.s le 18 mars à continuer les dons de sang et de plaquettes dans les sites de collecte, munis d’une attestation de déplacement dérogatoire, en cochant le motif « assistance aux personnes vulnérables ». L’Établissement français du sang (EFS) demande qu’un maximum de citoyen.e.s se mobilisent. Pour toutes les informations, rendez-vous sur le site de l’EFS.

  • Donnez du temps

Pour aider les soignant.e.s et les personnes vulnérables à garder leurs enfants et à faire leurs courses, le site En première ligne a ouvert le dimanche 15 mars. Si vous avez moins de 60 ans et êtes en bonne santé, il vous permet d’entrer en contact avec ceux.celles qui en ont besoin.

Aidez les associations

  • Le Secours populaire français (SPF) maintient ses activités de solidarité pour venir en aide aux plus démuni.e.s pendant le confinement inédit que traverse le pays pour tenter d’enrayer l’épidémie. En France, l’aide alimentaire d’urgence, les actions de prévention et le lien social avec les personnes sont les principales activités maintenues. Face au coronavirus, l’association qui connaît une augmentation de fréquentation poursuit donc la distribution de denrées de première nécessité. Neuf de ses comités ouvrent encore à Romainville (antenne locale et aussi siège départemental), à Bobigny, Pantin, La Courneuve, L’Île-Saint-Denis, Noisy-le-Sec, Villepinte et Blanc-Mesnil. Le Secours populaire manque de produits d’hygiène, y compris des couches de bébé. Vous pouvez aussi faire des dons via un lien Facebook. Si vous n’êtes pas habile avec l’Internet, vous pouvez également envoyer vos dons au Secours populaire français, dans tous les départements ou au 9/11, rue Froissart, BP 3303, 75123 Paris Cedex 03, tél. : 01 44 78 21 00. Précisez « Fonds d’urgence ». 

Secours populaire : la mission continue

Depuis le début de la crise sanitaire, l'antenne courneuvienne poursuit ses missions. L'association a reçu masques et gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour assurer les distributions. La Ville a renforcé l'équipe de bénévoles d'un chauffeur supplémentaire, afin de faciliter la poursuite des collectes. "A part la braderie qui est fermée pour le moment, nous fonctionnons quasi normalement, souligne Michel Chatron, responsable de l'antenne locale. On est surtout focalisés sur la distribution alimentaire les mardis (9h-12h) et samedis (8h30-11h30). La différence, comparée à ce que nous faisons d'habitude, c'est que nous insistons sur le respect des gestes barrières. On n'accepte pas plus de quatre personnes dans la salle d'attente ! Tout le monde est à un mètre de distance. Il y a une file d'attente à respecter. Les bénévoles ne sont pas plus de huit par local. On ne s'embrasse plus. On est moins en contact avec les bénéficiaires. Les discussions sympathiques et le temps pris pour voir si tout le monde va bien sont beaucoup plus courtes malheureusement". Cette situation brise un peu le lien social que le Secours populaire entretient depuis plusieurs années avec ses bénéficiaires. L'ambiance est moins chaleureuse. "Pour le moment, ce qui compte c'est que les personnes qui en ont besoin puissent récupérer leurs produits/denrées de la manière la plus sécurisée possible," conclut Michel Chatron.


 

  • Les Restos du cœur ont besoin de profils spécifiques, mais également de personnes avec du temps et de l’énergie pour des missions simples telles que la manutention, le transport de denrées, la préparation de colis et de paniers-repas, la distribution alimentaire, l’assistance à la gestion des appels téléphoniques. La santé des bénévoles et des personnes accueillies est la priorité ; les activités sont adaptées en fonction du respect des gestes barrières. Conformément aux recommandations gouvernementales, les personnes âgées de 18 à 69 ans peuvent rejoindre cet appel à bénévolat. Si vous êtes intéressé, vous pouvez consulter les annonces pour connaître les besoins des Restos près de chez vous ou déposer une candidature spontanée qui sera relayée à l’Association départementale des Restos du lieu de domicile renseigné. Toutes les informations ici. Toutes les antennes locales ne sont pas ouvertes. Celle de La Courneuve est fermée jusqu'à nouvel ordre.

 

Prenez soin de votre entourage

Si vous n’habitez pas avec vos parents, grands-parents, frères/sœurs, enfants, pensez à leur passer un coup de fil. Notamment si ces personnes sont âgées, isolées, vulnérables. Prenez de leurs nouvelles régulièrement, veillez à ce qu’ils.elles n’aient besoin de rien. Entre voisin.e.s, il existe dans certaines communes (Aubervilliers et Saint-Denis par exemple) des initiatives/plateformes mises en place pour s’entraider. Il existe une plateforme d'entraide entre voisins. Le réseau Voisins Solidaires propose le téléchargement d’un « kit de solidarité » qui contient notamment une affiche à placarder dans le hall de son immeuble pour organiser la solidarité entre voisins. L’affiche recueille les demandes et les réponses des personnes qui habitent dans l’immeuble pour faire des courses ou aller à la pharmacie. Le kit contient aussi un annuaire des voisins à compléter.


Isabelle Meurisse