Dix ans après la Halde, le combat continue

Dix ans après la Halde, le combat continue

Présentation de l'Atlas des inégalités

Mardi 28 mai, le maire et la municipalité ont présenté L’Atlas des inégalités territoriales à la population. Un document recensant les discriminations dont sont victimes les habitants de notre territoire depuis trop longtemps. Deux cents personnes étaient à la Maison de la citoyenneté.

« L’Atlas des inégalités vise à porter notre combat pour la justice, commence Gilles Poux, le maire. En 2009, nous avions déjà déposé plainte à la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) pour dénoncer les discriminations sociales et territoriales, notamment pour l’accès aux quais du RER pour les personnes handicapées, les parents avec poussettes ou encore les personnes âgées, mais également pour le manque de moyens dans l’éducation. » Même si l’État a reconnu la discrimination territoriale dont était victime La Courneuve, même si quelques financements pour la rénovation urbaine ont été accordés et même si nous avons (finalement) réussi à obtenir une gare sur la ligne du Grand Paris Express, les politiques de droits communs restent inégalitaires en Seine-Saint-Denis et en particulier à La Courneuve. Avec la baisse des dotations de l’État, La Courneuve a perdu 14 millions d’euros de subventions depuis 2014. Cela représente notamment la construction d’un groupe scolaire ou l’embauche de 404 agents territoriaux à temps plein ! La municipalité estime que ce n’est plus possible. Elle est obligée de pallier le manque de moyens. « Ici, la population est plus vulnérable qu’ailleurs à cause des difficultés de parcours rencontrées. Alors qu’un enfant doit faire un 100 mètres pour viser la réussite, un Courneuvien doit faire un 110 mètres haies pour y parvenir. On n’a moins de moyens qu’ailleurs, alors que nous avons besoin de plus ! Nous refusons de baisser la barre. Nous continuons de développer des projets en direction des l’enfance, nous maintenons les classes de neige et tout ce qui contribuera à développer leur épanouissement, tel que les Parcours éducatifs et artistiques. Nos enfants ont le droit au meilleur. »

 

10 milliards, c’est la somme qu’il faudrait ajouter pour rétablir l’égalité républicaine sur les territoires discriminés

Concernant le logement, on compte ici cinq fois plus d’habitat dégradé qu’ailleurs. Corinne Cadays, adjointe au maire déléguée à la défense du droit au logement, affirme qu’un important travail est mené par la municipalité depuis plusieurs années. « C’est un travail extrêmement long. Nous prenons régulièrement des arrêtés, mais visiblement peu de gens peuvent les traiter. Le stock d’arrêtés est géré par un juge pour toute la Seine-Saint-Denis ! » En matière d’emploi et de formation, les moyens manquent également cruellement. « La population de La Courneuve rencontre de grandes difficultés d’accès à la langue française, et donc d’accès aux droits, au suivi des enfants scolarisés, qui parfois décrochent et n’obtiennent donc pas de qualification pour le monde professionnel. C’est un cercle vicieux. Les clauses d’insertion deviennent la porte d’entrée vers l’emploi ! Nous développons un important travail auprès de la Maison de l’emploi, des structures d’insertion, mais le poids de ces initiatives pèsent trop lourd. Il est urgent que l’État s’engage et donne plus de moyens », souligne André Joachim, adjoint au maire délégué au développement économique et à l’emploi. Dans la salle, les interventions ont conforté la démarche de la municipalité, mais ont également apporté des éléments intéressants, tels que la situation de nombreuses femmes dans les emplois précaires ou encore le droit à l’excellence pour nos jeunes. La municipalité l’affirme : quiconque vient de La Courneuve devrait pouvoir avoir les mêmes chances qu’ailleurs.

« Au-delà de cet état des lieux, Nous formulons dans l’Atlas 18 propositions dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, du logement, de la sécurité qui permettraient d’inverser de manière structurelle cette situation et qui ouvriraient des perspectives d’espoir dont nous avons besoin », conclut Gilles Poux. Le 4 juin, le maire et la municipalité seront reçus à l’Élysée pour défendre leurs objectifs. Et le 27 juin, les élus locaux et les associations sont convié-e-s aux Assises de l’égalité territoriales pour aboutir à une proposition de loi visant à rétablir l’égalité républicaine.

Isabelle Meurisse

 

Chiffres

-1 année scolaire perdue pour les enfants du département à cause du non-remplacement des enseignant-e-s

-160 dossiers de demandeurs d’emploi pour un agent à La Courneuve, contre 116 en France

-28 €, c’est le crédit de « Politique de la ville » par habitant à La Courneuve, contre 37 € en Seine-Saint-Denis et 42 € à l’échelle nationale

-1 Courneuvien sur 2 est au chômage

-45 % des 15-64 ans n’ont aucun diplôme

Pour consulter l'Atlas dans son intégralité, c'est ici !

Atlas