Dinos - Le rap est la façon de raconter la vie

Dinos - Le rap est la façon de raconter la vie

Dinos

Rappeur originaire de La Courneuve, Dinos est un artiste tout en modestie. Son dernier album, Taciturne, qui sort le 29 novembre, témoigne d’une sorte de mélancolie qui s’enracine dans les réalités vécues au sein des quartiers. Interview de l'artiste.

Quel est votre lien avec la ville de La Courneuve ?

Je suis arrivé du Cameroun à l’âge de cinq ans pour m’installer à la cité des 4000 avec mes parents à La Tour, puis à Salengro. J’étais à l’école Langevin-Wallon. Mon père travaillait, ma mère aussi, mais je ne vais pas vous raconter leur vie. La Courneuve a créé une partie de mon identité actuelle. J’ai joué au foot à l’ASC. J’ai effectué des séjours à Trilbardou. Si un Courneuvien te dit qu’il n’a pas été à Trilbardou, c’est un mensonge ! De La Courneuve, j’ai des souvenirs plus positifs que négatifs. Les liens avec mes amis, avec qui j’ai grandi, sont solides. Le quartier nous a rapprochés, nous a forgés, a fait de nous ce qu’on est aujourd’hui.

 

Comment est né votre attrait pour la musique ?

Depuis mon plus jeune âge, je suis bercé par la musique, grâce à mes oncles, mes parents, mes grands frères. Je ne passe pas une journée sans écouter de la musique. Comme une journée sans rire, ce serait du gâchis. Comme si ma vie avait besoin d’une bande originale. Quand je me réveille, j’ai besoin de tel type de musique en fonction de mon humeur, de la météo. Pour moi, le rap est la façon de raconter la vie, les choses terre à terre, droit au but. Comme dit Paulo Coelho, «quand on veut vraiment quelque chose, tout l’univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve ».


 

Dinos

Comment vivez-vous le succès de vos albums ?

Le succès est relatif. L’album Apparence en 2014 a été un succès d’estime, mais pas un succès commercial. Il faut d’ailleurs plutôt parler de bouche-à-oreille. Ce que j’ai commencé à prouver avec mon premier album est à confirmer. Les trois ans où je n’ai pas sorti de disque ont été une période de perestroïka, de remise en question, avec un changement de label qui a pris du temps. Mais cela a servi. S’il doit y avoir un succès commercial, ce sera maintenant, avec l’album Taciturne qui sort le 29 novembre. Un concert est prévu à l’Olympia le 30 avril 2020, suivi d’une tournée durant l’année 2020.

Propos recueillis par Nicolas Liébault ; photos : Léa Desjours