Le bus des services publics arrive en bas de chez vous

Publiée le 18 mai 2022

Le bus des services publics arrive en bas de chez vous

Bus des services publics

La municipalité et France Services déploient le bus des services publics à partir du 30 mai 2022.

Aides sociales, droits, famille, santé, emploi, impôts, vous avez besoin d'aide dans vos démarches administratives ? Le bus de La Courneuve vient en bas de chez vous. C'est totalement gratuit !

Emplacements et horaires de La Courneuve Mobile :

  • Lundi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 16h30, quartier Verlaine/4000 nord, 49 avenue Henri-Barbusse
  • Mardi de 14h30 à 17h30, quartier 4000 sud, Place de la Fraternité, avenue Général-Leclerc
  • Mercredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 16h30, quartier Quatre-Routes, Place Claire-Lacombe
  • Jeudi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 16h30, quartier de la gare, en haut des escaliers, rue Suzanne-Masson
  • Vendredi de 9h30 à 14h00, espace Guy-Môquet, 119 avenue Paul Vaillant Couturier
Bus services

La Courneuve Mobile, c'est parti !

À partir du 30 mai, un bus France services va sillonner les différents quartiers de la ville pour aider les habitant-e-s dans leurs démarches administratives, en leur proposant notamment des postes informatiques. Un dispositif qui facilite l’accès aux droits.

Les Courneuvien-ne-s vont bientôt voir apparaître à proximité de leurs fenêtres un bus pas comme les autres. Répondant au nom de La Courneuve Mobile, sa fonction n’est pas de transporter des gens, mais de les aider dans leurs démarches administratives. « C’est le service public, l’accès aux droits près de chez vous, résume Sandrine Châtillon, l’une des deux agentes qui accueilleront les habitant-e-s dans le véhicule. Objectif : pas de citoyen à moins d’une demi-heure des services publics. »

Le bus, financé en partie par la Banque des territoires, permettra à chacune d’accéder dans un seul lieu à neuf organismes, regroupés sous l’appellation France services : le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, les Finances publiques, Pôle emploi, l’Assurance retraite, l’Assurance maladie, la Caf, la Mutualité sociale agricole et La Poste. La Ville, de son côté, prend en charge le salaire des deux agentes, l’entretien du véhicule, l’essence, l’assurance… En se dotant de ce nouvel outil itinérant, elle entre dans le cercle restreint des 1 500 communes labellisées en France pour fournir le meilleur service public possible au plus près des habitant-e-s de tout âge.

Gratuit et sans rendez-vous

Immatriculation de véhicules, questions concernant les APL, le RSA, les impôts, demande de permis de conduire, de carte grise, de logement, accès à Internet sont quelques-uns des services qui seront rendus dans La Courneuve Mobile. « Nous pouvons aider à créer un compte mail, un compte, faire des impressions papier, des scans de documents, des simulations d’allocations, explique Victoria Phommahaxay, la seconde agente France services. Nous sommes en lien direct avec les neuf opérateurs partenaires du dispositif. Les habitant-e-s pourront par exemple prendre rendez-vous avec un technicien de la Caisse d’assurance maladie, la Cnam, puis le rencontrer en visio. En cas de problème avec la caisse de retraite, la Cnav, le partenariat permet d’avoir une réponse dans les quarante-huit heures… »

Une fois déployé, le bus triple sa surface pour atteindre 12 m2 au sol. Très convivial, il peut accueillir jusqu’à sept personnes. Équipée de tablettes et d’une imprimante, la caravane est aussi un bureau itinérant. « Les habitant-e-s auront aussi accès à un ordinateur en libre service, ajoute Sandrine Châtillon. Une cloison amovible permet de créer un espace de confidentialité. L’intérieur du bus étant modulable, on peut le transformer en cabine de soins médicaux ou en centre de vaccination. »

Aller à la rencontre, au plus près de

À l’heure où les politiques solidaires sont interrogées dans leurs méthodes, où les usager-ère-s manifestent leur défiance vis-à-vis des institutions, la municipalité persiste dans ses choix de consentir des moyens humains et financiers importants aux solidarités. Refusant de céder au délitement du service public, au traitement différencié des territoires et des populations, elle a saisi l’opportunité d’être labellisée « France services » par le ministère de la Cohésion des territoires et mettre en circulation ce guichet unique allant à la rencontre de tou-te-s. Son déploiement va permettre d’assurer un service de proximité comme le font déjà les « hors-les-murs » développés par les Maisons pour tous, la Maison de l’éducation, le service de la Culture, celui de la Jeunesse, la médiation. « De nombreux services publics ont fermé et ce sont les collectivités qui se substituent à eux, ce qui n’est malheureusement pas normal, commente Corinne Cadays-Delhome, maire adjointe déléguée au droit au logement. Mais il faut répondre au problème de l’accès aux droits. »

« Ce bel outil de proximité va nous permettre de faire le point sur la nécessité des services publics dans les différents quartiers et de bien formaliser quels sont ceux qui doivent se réimplanter sur la ville », ajoute Didier Broch, adjoint au maire délégué à la culture. Qu’on se le dise. Le bus France services n’est pas un palliatif, mais bel et bien le prolongement d’un combat en faveur des solidarités, engagé de longue date.

Textes : Joëlle Cuvilliez ; photos : Léa Desjours

Victoria et Sandrine

Conseillers numériques

Le dispositif France services a également permis la création de trois postes de conseiller-ère-s numériques à La Courneuve. Depuis le
début du mois de mai, deux d’entre eux, après avoir suivi une formation, sont entrés en fonction. Une troisième personne va bientôt être recrutée. Ces conseillers ont pour mission de mener à bien des activités de médiation : accompagner les usager-ère-s vers l’autonomie pour réaliser des démarches administratives en ligne seules, les soutenir dans leurs usages quotidiens du numérique (travail à distance, consultation d’un médecin, vente d’un objet, achat en ligne…), leur apprendre à vérifier les sources, protéger les données personnelles, maîtriser les réseaux sociaux ou suivre la scolarité des enfants.

Ils sont amenés à animer dans un futur proche des ateliers individuels ou collectifs et proposeront des initiations dans des lieux de passage (mairie, bibliothèques, France services, marchés, centres commerciaux…) ou à l’occasion d’événements et de portes ouvertes.