4 avril : mobilisation contre la loi Blanquer

4 avril : mobilisation contre la loi Blanquer

Mobilisation enseignante

L’ÉTAT SACRIFIE LA RÉUSSITE DE NOS JEUNES !


Jeudi 4 avril, ce sera la Journée sans école à La Courneuve. Maternelles, élémentaires, collèges et lycées sont concernés.

Au programme : grève des enseignants, écoles désertes, blocage des établissements par les parents !

N’envoyez pas vos enfants en classe. Venez participer à la mobilisation devant l’établissement de vos enfants dès 7h30 ! Puis, à 11 h :

  • AG de ville, rendez-vous à la Maison Marcel-Paul, 77, avenue de la République
  • 12 h : conférence de presse à la Maison de la citoyenneté au 33, avenue Gabriel-Péri

Vendredi 5 avril :

Journée « Écoles sans enfants » organisée par les parents.

Informez-vous auprès de vos représentant-e-s
et rejoignez l’ensemble des parents.
La municipalité soutient la mobilisation !

La loi sur l’école de la confiance est utilisée pour interdire aux enseignant-e-s d’informer les parents sur les conséquences de la réforme. Or...

  •  Dans le primaire

Le dédoublement en CP sans moyens supplémentaires entraîne
déjà la surcharge des autres niveaux.
La fonction de directeur ou directrice d’école sera assurée par le-la principal-e du collège du secteur qui ne connaîtra pas les élèves.
L’État financera les écoles maternelles privées aux dépens du public.

  •  Au collège

La réforme fait baisser les moyens et supprime des postes alors que le nombre d’élèves augmente : le ministre va imposer des heures supplémentaires aux enseignant-e-s, et recruter des enseignant-e-s sans formation. Les professeur-e-s absent-e-s seront remplacé-e-s par des étudiant-e-s. Les élèves en situation de handicap et non-francophones
ne sont pas comptabilisé-e-s dans les effectifs et seront accueilli-e-s en surplus dans les classes sans AVS supplémentaires.

Les effectifs augmentent et les classes sont surchargées. Les cours en demi-groupe seront supprimés. Les ateliers sciences, théâtre, danse, latin, etc. disparaissent.

  • Au lycée général et technologique

La réforme fait baisser les moyens et supprime des postes alors que le nombre d’élèves
augmente : comme au collège, le ministre va imposer des heures
supplémentaires aux enseignant-e-s, et recruter des enseignant-e-s sans formation. Les professeur-e-s absent-e-s seront remplacé-e-s par des étudiant-e-s. Les dispositifs d’aide seront supprimés.
La suppression du bac national aggrave les inégalités et la ségrégation sociale. L’élève ne pourra pas choisir les spécialités qu’il-elle veut contrairement aux promesses du ministre.
Parcoursup organise le tri social et empêchera les élèves de La Courneuve de choisir leur université.

  • Dans les lycées professionnels

Les enseignements généraux sont quasiment supprimés, comme si les élèves n’avaient pas besoin d’écrire et de réfléchir. Le ministre veut en faire une main d’œuvre docile. Un-e élève de lycée pro pourra plus difficilement faire des études supérieures.

L’État sacrifie la réussite de nos enfants de la maternelle au lycée,
les réformes dégradent leurs conditions d’apprentissage